*******

9 mars 2015

Les poudres ayurvédiques, un soin capillaire naturel | Petit guide

J'ai commencé à apprivoiser les poudres ayurvédiques dans mes soins capillaires quelques semaines après être passée au naturel. Elles m'ont considérablement aidée à retrouver des cheveux en meilleure forme si bien qu'à présent je ne saurais plus m'en passer. 

Ainsi, je vous propose aujourd'hui un petit guide qui, je l'espère, pourra vous renseigner et vous aider à mieux comprendre les poudres ayurvédiques et de quelle façon elles peuvent nous être utiles pour prendre soin de nos cheveux. J'ai essayé d'être la plus synthétique possible tout en veillant à ne rien oublier afin que ce billet ne soit pas trop dense mais si vous souhaitez que je développe un peu plus l'un des points évoqués, n'hésitez pas. 
De prime abord, quelques mots sur l'Ayurvéda . . .

Je vais juste me limiter à une introduction très brève, aussi si vous souhaitez recueillir des informations plus complètes sur ce sujet passionnant je vous invite à consulter ce dossier très bien fait.

Selon les conceptions de l'Ayurvéda (« science de la vie » en sanscrit) ou médecine ayurvédique traditionnelle originaire d'Inde, nous sommes individuellement constitués d'une association de trois forces appelées doshas (Vâta, Pitta et Kapha) qui sont elles-mêmes une combinaison de deux des cinq éléments : éther (ou espace) et air (Vâta), feu et eau (Pitta), eau et terre (Kapha). Chaque personne est différente et est déterminée par une constitution singulière, une proportion propre des trois doshas avec communément un ou deux prédominants.

En Ayurvéda, certains troubles (cutanés, émotionnels, corporels . . .), affections ou maladies sont la conséquence d'un déséquilibre des doshas, quand l'un est en excès par exemple.

Ce sont tout simplement des poudres végétales indiennes obtenues à partir de plantes, de feuilles, de pétales, de graines, de racines ou de fruits séchés.

D'après les principes ayurvédiques, les vertus thérapeutiques dont elles sont dotées leur confèrent la capacité de rééquilibrer les doshas et d'ainsi rétablir l'harmonie perturbée. Mais leur usage ne se cantonne pas exclusivement à cet aspect « médical » puisqu'elles possèdent en effet des propriétés très prisées en cosmétique et plus spécifiquement pour les soins des cheveux (elles sont également intéressantes pour soigner la peau mais n'ayant que ponctuellement essayé, je ne l'évoquerai pas plus amplement ici).

Les poudres ayurvédiques se révèlent être de parfaites alliées pour embellir les cheveux : elles ravivent leur brillance et leur redonnent douceur et souplesse. Légèrement gainantes, elles sont aussi particulièrement adaptées pour les renforcer sur toute la longueur. De plus, du fait de leurs propriétés stimulantes, quelques-unes sont notamment conseillées en cas de chute de cheveux. Enfin, certaines constituent des alternatives très douces au shampoing habituel; d'autres donnent également en petit coup de pouce en cas de problématiques plus spécifiques telles que les soucis de pellicules.

Il convient de veiller à ce qu'il ait sur l'étiquette uniquement le nom de la plante en latin, c'est important car cela garantit la pureté de la poudre et l'absence d'ajout éventuel.

Voici une petite liste des poudres que vous pouvez utiliser en tenant compte de vos besoins et pourquoi pas des affections que vous souhaitez traiter :

Les poudres dites « lavantes » :

Sidr (Zizyphus jujuba), apaise Pitta et Kapha : Légèrement gainant, recommandé pour apaiser les démangeaisons et lutter contre les pellicules, lave sans faire dégorger les cheveux colorés à l'indigo ou au katam.

Reetha (Sapindus Mucorosai) : Peut-être connaissez-vous les noix de lavage, alternative naturelle à la lessive conventionnelle ? Eh bien, il s'agit tout simplement de leur poudre ! Elle est préconisée pour laver en douceur les cheveux à tendance grasse.

Shikakaï (Acacia Concinna) : Elle lave les cheveux tout en les embellissant et en luttant contre les pellicules. Ses propriétés tonifiantes lui confèrent également la capacité de favoriser  la pousse. À noter que cette poudre est pulvérulente et très volatile, elle demande donc d'être manipulée avec précaution car elle peut être irritante pour les voies respiratoires (vous éternuerez une bonne vingtaine de minutes si vous en inhalez) ou causer des picotements au niveau des yeux.
Les poudres « soins » :

Pour des propriétés embellissantes (brillance, douceur), fortifiantes, épaississantes et stimulantes (effet bénéfique sur la pousse des cheveux) :

Amla (Emblica officinalis), apaise Vâta et Pitta
Brahmi (Bacopa monnieri), équilibre Vâta, Pitta et Kapha
Bhringaraj ou Maka (Eclipta alba), apaise Vâta et Kapha
Kapoor Kachli (Hedychium spicatum), apaise Vâta et Kapha
Kachur Sugandhi (Kaempferia Galanga), plus ou moins identique au Kapoor Kachli mais je l'ai trouvée plus efficace
Orange (Citrus aurantium), apaise Vâta et Kapha, bénéficie également d'une action démêlante

Pour des bienfaits détoxifiants, apaisants, purifiantes et antipelliculaires :

Tulsi (Ocimum sanctum), apaise Vâta et Kapha
Neem (Azadirachta indica), apaise Pitta et Kapha

Vous noterez que plusieurs poudres répondent à des besoins capillaires similaires : elles sont essentiellement destinées à améliorer la beauté des cheveux et à les maintenir sains et en bonne santé. Personnellement, je n'ai jamais espéré obtenir une belle épaisseur étant donné la finesse des miens. Ce qu'il faut garder à l'esprit c'est que les cheveux présentent des caractéristiques singulières (épais, fins, lisses, volumineux, ondulés . . .), ils se distinguent selon leur nature et il est tout bonnement impossible de la changer du tout au tout. De même, ils ne réagissent jamais de manière égale et les effets varient sensiblement d'une personne à une autre - ainsi, si certaines ont été déçues d'une poudre, il est dommage de conclure qu'elle est également inadaptée pour soi. Encore une fois, chaque chevelure est différente, seul le test déterminera celles qui vous conviennent le mieux.

La poudre de Shikakaï est ma préférée, elle embellit sensiblement mes cheveux en ravivant leur brillance et en les rendant extrêmement souples et soyeux. J'ai aussi une petite préférence pour la poudre d'Amla et de Kachur Sugandhi que j'allie ensemble afin de profiter pleinement de leurs bienfaits. Pour ne rien gâcher, je raffole de la fragrance épicée du kachur sugandhi (ce point est très subjectif mais si vous aimez les notes de gingembre, je pense qu'elle vous plaira autant qu'à moi).
La poudre de Shikakaï peut s'avérer irritante, elle nécessite donc d'être employée précautionneusement en se couvrant le nez et/ou la bouche afin d'éviter de l'inhaler.

Il est également préférable de faire un test cutané 24h avant la première application d'une poudre pour vérifier que vous n'y êtes pas allergiques. Pour se faire, il suffit d'appliquer derrière l'oreille une petite quantité de poudre mélangée à un peu d'eau, d'attendre ensuite qu'elle sèche puis de la rincer. Si aucune démangeaison ou irritation n'apparaît le lendemain vous pouvez vous servir de la poudre.

Oui, certaines sont réputées pour foncer les cheveux, c'est le cas pour les poudres d'Amla, de Brahmi, de Bhringaraj, de Kapoor Kachli et de Shikakaï. Personnellement j'ai remarqué qu'en pose longue (au moins 5h) elles avaient tendance à "réchauffer" subtilement mes reflets. Ils sont ravivés et se fondent à ma couleur naturel, cela demeure très fin, pas du tout choquant. Evidemment, tout dépend du temps de pose, de la fréquence des applications (régulière ou ponctuelle) et de votre couleur de base ! Je recommande donc aux chevelures claires qui ne voudraient pas dénaturer leur nuance d'éviter ces poudres ou de n'effectuer que des temps de pose courts.

Afin d'endiguer le potentiel effet desséchant des poudres rien de tel que d'incorporer des actifs hydratants et/ou nutritifs au masque selon ce que vous avez sous la main : un œuf, une banane bien mixée, de la crème fraîche, de l'huile végétale, du gel d'aloe vera, du sirop d'agave, un yaourt, du miel, de la crème de coco, de la glycérine végétale . . . ou tout simplement un peu d'après-shampoing (sans agents occlusifs).

Je ne vais ici parler que du masque aux poudres mais il est possible de réaliser également des infusions ou pourquoi pas des macérats huileux.

Le masque est idéal pour soigner les cheveux en profondeur. Vous pouvez très bien n'utiliser une seule poudre ou au contraire en choisir deux ou trois, selon ce que vous préférez. Pour le préparer, c'est très simple. Il suffit de mélanger une quantité suffisante de poudre, adaptée à votre longueur, avec de l'eau chaude, une infusion de plantes ou un lait végétal jusqu'à former une pâte homogène, fluide et onctueuse.

Bien-sûr ! Outre les actifs hydratants et nourrissants annoncés précédemment, vous pouvez aussi ajouter d'autres poudres pour un bénéfice de soin supplémentaire et éventuellement une action en synergie comme la poudre d'ortie, de guimauve, de patchouli, de réglisse . . . 

Je vous conseille de l'appliquer sur cheveux sales (la veille ou le jour du shampoing par exemple) et préalablement humidifiés pour plus de « glissant », ce qui aura pour effet de faciliter l'étalement du masque. Il se répartira également mieux et l'application sera moins fastidieuse. Personnellement je préfère le faire aux doigts, section par section, en commençant par le haut et les côtés de la tête puis en terminant par l'arrière du crâne et les longueurs. Ensuite, il n'y a plus qu'à torsader les longueurs et les ramener sur le haut du crâne (comme pour un chignon).

Je vous recommande de laisser poser le soin sous cellophane, ceci pour deux raisons :

- La chaleur renforce les bienfaits du soin en optimisant le développement et la pénétration des actifs.
- Cela évitera au masque de sécher, ce qui facilitera considérablement le rinçage.

Je mets souvent un bonnet après avoir enroulé mes cheveux dans du cellophane afin de garder ma tête au chaud.
Je dirais au moins une heure pour que les actifs aient suffisamment eu le temps d'agir. Je laisse poser mes masques 2h en règle générale, parfois davantage selon le temps dont je dispose. Pour les poudres lavantes 5 à 10min suffisent bien-sûr amplement.

Si vous incorporez des ingrédients assez lourds tels que des huiles ou beurres végétaux dans votre masque, un shampoing pourrait être nécessaire mais tout dépend de votre ressenti. J'ai tendance à shampouiner mes cheveux par réflexe mais ce n'est pas toujours indispensable, en somme cela varie en fonction des actifs ajoutés et des poudres utilisées.

J'effectue personnellement un masque par semaine ou toutes les deux semaines, selon les besoins de mes cheveux. À noter que des soins trop répétés ne sont pas toujours bénéfiques et risquent de saturer inutilement la fibre capillaire (lourdeur, manque de brillance, excès de sébum . . .).

Aussi, ne soyez pas découragés si vous n'obtenez pas les résultats escomptés immédiatement. À la différence des produits conventionnels pour lesquels l'immédiateté prime, les soins naturels demandent quant à eux un peu plus de patience. Il est indispensable de donner suffisamment le temps aux soins d'agir et d'adapter la fréquence des masques en veillant à simplement répondre aux besoins de vos cheveux parce-que, encore une fois, toutes les chevelures sont différentes et ne demandent pas les mêmes traitements.

Je vous recommande chaleureusement la boutique en ligne Hennés et soins d'ailleurs, c'est sur ce site que je me procure toutes mes poudres. Je les trouve particulièrement excellentes et de très bonne qualité.

Sinon, il y a bien-sûr d'autres sites comme Aroma-Zone (certaines poudres sont mêmes certifiées bio) et Henné indigo et compagnie.

Je conserve mes poudres dans leurs sachets d'origine (je les range ensuite dans une boite) ou alors je les verse soit dans des boites en plastique, soit dans des pots de confiture. Par contre, une pâte ne se conserve pas, ce sont des préparations minute qui doivent être utilisées directement après.

*

Êtes-vous adeptes des poudres ayurvédiques pour prendre soin de vos cheveux ?
Aimeriez-vous en tester quelques-unes ?

16 commentaires:

  1. coucou ma belle!!
    merci pour cet article trés complet!
    alors moi j'ai testée les poudres ce week-end, j'ai fais un mélange sidr, poudre d'ortie, poudre d'orange + un peu de karité et un peu de glycérine végétale. difficile de se prononcer sur le rendu, j'ai eus les cheveux poisseux, je crois que mes cheveux n'aiment pas le beurre de karité, à chaque fois ça ne me réussit pas -_- (tu crois qu'un cheveux peut ne pas aimer du tout un ingrédient??) du coup 2 shampoings, j'ai pas vraiment pu apprécier les propriétés lavantes du sidr :'( en revanche je trouve mes cheveux trés doux aujourd'hui^^
    je retesterais, mais avec une autre huile la prochaine fois
    bizz et bonne soirée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te réponds un petit tard . . . Et, oui, c'est possible ! Le beurre de karité est très riche et s'élimine assez difficilement, il poisse très vite les cheveux. Néanmoins, l'effet gras peut aussi venir de la glycérine si elle est utilisée en excès (j'en ai fait l'expérience ^-^').

      Une huile plus légère sera sûrement plus appropriée que le karité :)

      Bonne semaine à toi ! ;)

      Supprimer
  2. très clair et passionnant ! merci pour cet article !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup utiliser les poudres ayurvédiques également mais j'ai arrêté depuis quelques mois à cause de leur préparation fastidieuse, la salle de bain à nettoyer après et leur coût.
    Je les achetais sur HSA mais je trouve les frais de port trop élevés.
    A l’occasion j'essaierai celles d'Aroma-Zone car ton article m'a donné envie de reprendre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est sûr, ça demande d'avoir un peu de temps devant soi, ce qui n'est pas toujours évident. Pour la salle de bain à nettoyer, je m'y suis habituée je crois ! ^-^
      C'est peut-être plus intéressant sur Aroma-Zone, ils proposent des contenances plus importantes à un prix à peine plus élevé il me semble. En plus certaines poudres sont certifiées bio . . .

      Supprimer
  4. Totalement fan des poudres ayurvédiques, je ne jure que par le shikakai !!!
    Deltreylicious

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi la poudre dont je ne pourrais me passer ;)

      Supprimer
  5. Moi aussi j'adore le shikakai en masque ou en shampoing mais je n'ai pas encore testé toutes les poudres que je voudrais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le shikakai est une poudre géniale en soin aussi oui !

      Supprimer
  6. Ton article est super intéressant, et très complet !
    Je n'ai jamais testé mais avec une telle description, c'est tentant ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Lucia ! J'espère que toutes ces infos pourront t'être utiles si tu essaies :)

      Supprimer
  7. A te lire side et shikakai me conviendrait! Merci vraiment pour toutes ces astuces qui démystifie vraiment l'utilisation de ses poudres!

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour cet article :)

    Tu parles ici des poudres ayurvédiques pour une utilisation comme soin capillaire, mais on peut également les utiliser en shampoing n'est-ce pas ? Depuis quelques jour,s j'utilise de la poudre de Sidr, mais je trouve qu'elle ne me lave pas suffisamment les cheveux, alors je vais sûrement me tourner vers la poudre de shikakai :) As-tu déjà essayé ces poudres en shampoing ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, je parle également des poudres lavantes dans mon article :). J'ai été très déçue du Sidr (qui lave assez mal je trouve), je préfère de loin le Shikakai, c'est d'ailleurs ma poudre préférée.

      Supprimer

Merci beaucoup pour votre visite, j'espère que ce billet vous a plu ! N'hésitez pas à me laisser un commentaire afin de livrer vos impressions ou de me poser une question, j'y répondrai avec grand plaisir ! ♥